Assassin en dix leçons


Par Skeun


C'est un titre temporaire. L'auteur n'en ayant pas encore trouvé à son goût.



Chapitre I

 

Arrivée à l'école.

 

Tous les spécialistes s'accordent à dire que la vie est possible sur d'autres planètes…
Le fait est que si spécialistes savaient qu'elle est effectivement bien présente, mais ce sur une tortue d'environ 150 000 km², surmontée de quatre éléphants portant eux-mêmes sur leurs dos un disque où la vie en question se trouvait, ils en auraient pris un coup.
Et tout cet ensemble se promenait tranquillement dans l'espace, vers un but inconnu.

Sur ce disque se trouvait, la cité-état d'Ankh-Morpork , avec des bâtiments reconnu tels que l'Université Invisible de magie, la Guilde des assassins, des voleurs, des boulangers et autres métiers peu recommandables…

Ces guildes ont la particularité d'être situées dans des endroits particulièrement sales et mal fréquentés ( pas plus que le reste de la ville en fait…), et celle d'accueillir des élèves pour continuer d'entretenir la profession avec un minimum de connaissances au départ.

La guilde des assassins était reconnue, et les élèves qui y réussissaient leur diplôme étaient considérés et admirés, surtout parce que qu'on ne connaissait aucun étudiant l'ayant raté et étant encore en vie, la capacité principale d'un assassin étant de survivre.

Cette guilde aux portes toujours ouvertes, (on disait que c'était parce que La Mort y faisait boutique ouverte, mais en fait les gonds avaient rouillé depuis déjà quelques décennies), formait donc elle aussi les futurs assassins de ce monde civilisé…

Skeun : KALEN !!!
Shiro : Magnes toi le cul, merde…
Skeun : Je le crois pas, il est encore dans son lit !?!

Des jeunes quoi …

Kalen : ( La voix très endormie ) Attendez, que je mette bien en place tous ce que j'aurais comme motifs de vous tuer une fois que je serais bien réveillé …

1)Vous me réveillez très tôt.

2)Après une dure journée de voyage du retour de vacances.

3)En hurlant très fort.

4)Sachant pertinemment qu'il n'y a pas de cours aujourd'hui.

Shiro : Haaaaa, alors s'il n'y a pas cours aujourd'hui, il n'y a certainement pas de repas de bienvenue où le proviseur va tous nous appeler un par un pour nous parler.

Skeun : Et ce à l'heure très matinale de …Shiro ?

Shiro : 19H59 depuis qu'on parle…

Kalen : Merde…

Skeun : Oui ça résume assez bien la situation…

S'en suivirent toutes sortes de bruits divers, puis la porte s'ouvrit et Kalen en sortit entièrement habillé de soie noire une cagoule à la main et le nombre 16 dans le dos (Les étudiants étaient tous habillés de la même manière, seuls leurs chiffres blancs permettaient de les reconnaître, Shiro avait le 11 et Skeun le 9) .

Skeun : On est foutu là…

***

Le proviseur parlait.

Et quand le proviseur parlait les élèves se taisaient.

Du moins, il valait mieux pour eux.

" Nous ne sommes pas des meurtriers, nous n'exécutons pas, nous ne massacrons pas.

Jamais, soyez-en sûr, jamais nous ne torturons. Nous ne donnons pas dans le crime passionnel, vengeur ni gratuit. Nous ne le faisons pas pour tirer plaisir de l'inhumation, pour satisfaire quelque besoin secret, pour y gagner de menus avantages, pas plus que pour défendre une cause ni une croyance ; je vous le dis, messieurs, toutes ces raisons sont suspectes au dernier degré. Regardez le visage de l'homme qui veut vous tuer au nom d'une croyance, et vos narines vont flairer l'odeur de l'abomination. Écoutez un discours prônant la guerre sainte, et je vous l'assure, vos oreilles vont entendre les bruissements des écailles du Mal et le frottement de sa queue monstrueuse par-dessus la pureté du langage.

Non…, nous le faisons pour l'argent. Et, parce qu'il nous faut connaître la valeur d'une vie humaine, nous le faisons pour très cher. Il existe peu de motifs aussi louables, aussi dépourvus d'hypocrisie. Nil mortifi sine lucre. Rappelez-vous. On ne tue pas sans être payé. "

***

…ne tue pas sans être payé. "

Shiro : Bon, maintenant y faut trouver une solution pour entrer sans se faire remarquer…

Kalen : Avec l'entraînement qu'on a eu avec nos pères respectifs, ça devrait pas être trop dur.

Skeun : Non, bien sûr avec une salle pleine d'assassins, trop facile…MAIS VOUS ÊTES FOUS OU QUOI, C'EST PAS DES RETENUES LES SANCTIONS ICI !!!

Shiro : Ouais, mais d'un autre coté si ça marche…

Skeun :Ouais, mais si ça marche pas…

Kalen : Bon…on tente ?

Skeun : Admettons vous proposez quoi pour entrer ?

Shiro : Grappin par les fenêtres du haut…

Kalen : Nan, trop de pièges…

Skeun : Bon le coup de l'huile me semble approprié…

Kalen : Et c'est nous les malades !!!

Shiro : C'est parti pour l'huile.

Skeun : Heureusement la salle est sombre…

Kalen : Comme toutes les salles de la Guilde, en fait.

Skeun : Oui…

***

Un œil très entraîné à lire dans une obscurité totale aurait peut-être pu discerner, les trois ombres qui glissèrent sur le parquet impeccable de la Guilde comme un cadavre fraîchement éviscéré des bords de l'Ankh jusque sous une table de la salle, puis trois silhouettes y apparurent comme si elles avaient toujours été là depuis le début de la soirée.

Shiro : Bon ça va, on s'en est bien tiré…

Skeun : Oui, personnellement j'aurais mit l'huile sur le dos et non pas sur le ventre parce que niveau aérodynamisme…


" Groupe 9, 11,et 16 !!! "


Les trois étudiants se levèrent comme un seul homme et s'approchèrent du proviseur, celui-ci se pencha et leur chuchota à l'oreille.

Proviseur : Je vous ai vu…allez m'attendre devant mon bureau.

Les trois étudiants sortirent de la salle calmement et une fois la porte fermée, ils commencèrent vraiment à paniquer.

Kalen : Ça y est, on va mourir !!!

Skeun : Le pire c'est de pas savoir comment.

Shiro : Personnellement je ne suis pas pressé de s'avoir…

Kalen : Bon, c'est pas tout ça, faut qu'on se casse.

Une voix sortit alors de la pénombre
Jeune homme : Je doute que ça soit une bonne idée…

Les trois garçons se retournèrent vers le coin où la voix avait semblé se manifester

Skeun : Et alors ? On a pas particulièrement envie de mourir.

Kalen : Toi non plus je suppose ?

Shiro : Qui es-tu d'abord ?

Jeune homme : Je m'appelle Tek, et je suis le surveillant chargé de vous amener au bureau du proviseur, autant dire que toute attaque contre moi serait vaine et suicidaire.

Kalen : Attends, je disais ça pour rigoler, et…

Tek : Suivez-moi.

Shiro : ( Aux deux autres ) On est très, très, mal.

***

Après une attente interminable dans le bureau avec Tek un sourire indéfinissable aux lèvres.

 

Haut de la page


Retour à la page Histoires